Les cités marseillaises qui se donnent au FN ? Intox.

(Article paru dans l’Humanité, nouvelle formule, du 8 avril 2014)

L’élection d’un maire de secteur d’extrême-droite dans la partie nord de la ville a permis à la thèse du populo-lepénisme de prospérer. Au mépris de la réalité des résultats par bureaux.

Un maire d’arrondissement FN a été élu dans les quartiers nord de Marseille. Quartiers nord de Marseille= cités, banlieue dans la ville. Donc, les cités ont voté pour le FN. Il faut toujours se méfier des syllogismes et encore plus de celui-ci qui s’insinue manifestement dans les esprits et les écrits.

« Le vote FN progresse dans les cités », écrivait le principal quotidien régional au lendemain du 1er tour. Un semaine plus tard, un quotidien national, considéré comme étant celui de référence, allait plus loin : « Dans le nord de la ville, faite de cités aux noms d’arbres et de fleurs qui racontent mal leur délabrement (…) des « barres » investies depuis les années 60 par des Maghrébins puis des Comoriens, (…) se sont données à Stéphane Ravier (le leader du FN, NDLR), offrant à l’extrême-droite l’une des plus grosses prises de son histoire ». « Même les cités ont voté pour Ravier, tu te rends compte ? », a-t-on entendu, au soir du second tour, dans la bouche de jeunes militants socialistes, qui avaient, eux, à cet aveuglement, l’excuse du désespoir.

La réalité est autre : les cités de Marseille n’ont pas voté FN. Ce sont les chiffres, dans leur plus simple appareil, qui le disent. Prenons comme référentiel treize bureaux situés dans les quartiers populaires des 13e, 14e et 15e arrondissements (228000 habitants), dont les noms sont évocateurs à l’oreille de n’importe quel Marseillais (Malpassé, Frais-Vallon, la Busserine, Campagne-Lêveque, la Castellane). Le panel est pourtant imparfait puisque le découpage du périmètre des bureaux ne correspond pas toujours à une cité seule. Ainsi dans le bureau 1540, les électeurs des HLM du Castellas votent avec ceux de la copropriété assez recherchée des Lions.

Dans ces treize bureaux « tests », le FN recueille, lors des élections municipales de ce mois de mars 2014, 837 voix au 1er tour et 1236 voix au second contre 433 lors de ce même scrutin en 2008 et 1368 voix pour Marine Le Pen lors des présidentielles 2012. Le parti d’extrême-droite y totalise 14,3% et 17,26% des suffrages, soit la moitié de son score dans les deux secteurs (7e et 8e) concernés. Surtout, si l’on jauge de l’apport du supposé contingent de voix des cités dans la « cohorte » qui a poussé l’un de ses candidats au poste de maire de secteur, la fable apparaît : le parti de Marine Le Pen ne convainc que 5,29% et 7,81% des inscrits dans ces treize bureaux alors qu’il rassemble 18% des inscrits sur l’ensemble de ces arrondissements.

Pour autant, la question reste entière : comment un candidat d’extrême-droite l’a-t-il emporté dans les quartiers Nord de Marseille, objet fantasmé de nombre de médias nationaux mais dont l’histoire socio-économique et urbanistique est plus riche. Un rappel historique s’impose. La division de la ville naît au milieu du XIXe siècle, avec la création d’un nouveau port de commerce d’envergure, le Vieux-Port étant devenu trop étroit face à l’explosion des trafics. Les résultats des sondages apparaissent sans appel : le tirant d’eau est supérieur sur le littoral nord. Le premier quai ouvre en 1853, puis d’autres, décennie après décennie. L’industrie s’y installe, les ouvriers arrivent. La bourgeoisie se retire alors des quartiers du centre-ville vers ses nouvelles terres résidentielles du sud tandis que, dans le nord, l’industrialisation-urbanisation avale, un à un, ces petits villages (Saint-Joseph, Saint-Antoine, Saint-Louis, Sainte-Marthe…), aux portes de l’ancienne ville (dont le rayon n’avait jamais dépassé deux kilomètres autour du Vieux-Port) qui se retrouvent désormais incorporés à elle. Les villages deviennent ainsi les « noyaux villageois ».

La division devient fracture au moment du choc de la désindustrialisation, liée, à Marseille, à la fin de l’empire colonial sur lequel le « système marseillais » (l’interdépendance entre le port, le commerce, l’industrie et la cité), selon la formule de l’économiste Louis Pierrein, reposait tout entier. Entre 1975 et 1990, la ville perd 75000 emplois industriels.

La décolonisation produit un deuxième effet massif pour Marseille : l’arrivée des rapatriés, qu’il faut loger par dizaines de milliers. Des terres agricoles du nord de la ville, surgissent alors les fameux « grands ensembles », barres et tours qui offrent aux nouveaux habitants (pieds-noirs mais également travailleurs immigrés) des conditions de confort infiniment supérieures aux « bidonvilles » (Marseille en est, à l’époque, criblée) et même aux petits logements privés de l’arrière-port. Au même moment, dans les interstices entre ces cités naissantes et les « noyaux villageois », se construisent des zones de maisons individuelles, relevant soit du rêve solidaire (les Castors) soit de l’ascension sociale d’une petite classe moyenne. Cet habitat pavillonnaire sera complété, à partir du début des années 2000, par de nouvelles résidences construites au pied des collines qui ceignent Marseille, suite à l’ouverture à l’urbanisation décidée par Jean-Claude Gaudin. Ce sont dans ces bureaux que le FN a réalisé ses meilleurs scores et ce sont ces « citadins parcellaires » (formule du sociologue André Donzel, en référence aux paysans parcellaires du «18 Brumaire de Louis Bonaparte» de Karl Marx) qui permettent à Stéphane Ravier de parader dans la bastide Coxe, cette somptueuse bâtisse du XVIIIe siècle devenue mairie de secteur. Lorsque le leader d’extrême-droite remporte 177 voix dans quatre bureaux de cités du cœur du 14e arrondissement, il en engrange 1300 dans les quatre bureaux des « noyaux villageois » et lotissements qui les entourent… CQFD : Stéphane Ravier est l’élu (relatif, malgré tout, si l’on considère l’abstention massive) du « village » et du « périrubain », pas de la cité HLM…

Publicités
Catégories : Analyse | 5 Commentaires

Navigation des articles

5 réflexions sur “Les cités marseillaises qui se donnent au FN ? Intox.

  1. bonjour
    L’analyse est très claire et donne une approche différente de celle qui est véhiculée dans les autres médias. Alors à nouveau merci.

  2. A reblogué ceci sur Le Temps des Ceriseset a ajouté:
    Un billet à lire et à faire lire, une analyse des voix sur des bureaux « test » des cités du 7ème secteur qui met en évidence une réalité : c’est l’abstention, la relégation d’une partie de la population, et l’urbanisation voulue par Gaudin, alliées à la crise économique et à la crise politique ici à Marseille comme ailleurs dans le pays, qui font qu’un marchand de haine peut s’installer dans une mairie de secteur.  » Lorsque le leader d’extrême-droite remporte 177 voix dans quatre bureaux de cités du cœur du 14e arrondissement, il en engrange 1300 dans les quatre bureaux des « noyaux villageois » et lotissements qui les entourent… CQFD : Stéphane Ravier est l’élu (relatif, malgré tout, si l’on considère l’abstention massive) du « village » et du « périrubain », pas de la cité HLM… »

  3. Kevin Vacher

    il faut également ajouter, pour nuancer le dernier propos de l’article, que l’urbanisation récente des quartiers Nord est en grande partie composée de nouveaux habitats collectifs résidentielles qui se caractérisent sous la forme « résidence fermée ». Ces résidences attirent des classes moyennes plus familiales, insérées professionnellement. Les « environs de cités » sont ainsi composés certes de « noyaux villageois » mais également de nouvelles populations. Cela casse un autre mythe du « vieux blanc ancien électeur communiste qui a vu son environnement dépérir ». Voir à ce sujet le très gros travail de quelques géographes du LPED, je peux t’envoyer leurs contacts/travaux si besoin.
    Amitiés

    • Kevin Vacher

      je précise : si cela casse le mythe cité, cela ne veut pas non plus dire automatiquement que ces « enclaves résidentielles fermées » (pour reprendre le terme des chercheurs du LPED) ont massivement voter FN. En réalité, le type d’urbanisation du Nord de la ville est tellement complexe qu’il n’est à l’évidence pas un bon critère pour analyse la sociologie du vote des ces zones résidentielles hétérogènes.

    • Je suis preneur de leurs travaux et des contacts. Merci. Amicalement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :